Tuesday 14/06/2011

Hackerspace à Nanterre

Tuesday 14/06/2011

Le président va mieux : il s’alimente à nouveau normalement et de manière autonome. Le protocole de test de notre « macerator » était exigeant, il fallait bien un homme de sa trempe pour mettre une telle abnégation au service du lab.
Afin de ne pas trop solliciter son duodénum encore fragile, il a été préparé ce mardi un petit repas simple et rapide pour la dizaine de présents.

Au menu :
– Radis croquants;
– Saucisses et viandes grillées accompagnés de leurs pâtes et choux de Bruxelles cuits à la vapeur;
– Fromage;
– Crêpes aux cerises.

CCC
Un troupeau de membres envisage cet été de faire vacance en se rendant au CCC, le Computer Chaos Club qui, cette année, se tient à proximité de la capitale allemande. Une bonne partie de la soirée a été consacrée à phosphorer sur l’organisation et la logistique de cette grande transhumance. Outre les inscriptions, il a fallu débattre des projets que l’on présente au nom de l’Electrolab. En prévision d’emmener sur place environ un kilomètre-cube de matériel, le choix des véhicules adaptés à ce tonnage n’est point aisé. Les loueurs d’engins (spatiaux) ont déjà été sollicités pour la mise à disposition d’un modèle de classe « USS Enterprise ». Comme l’accueil sur place se fait en plein champ (herbe fraîchement tondue = ration d’épinards servie le lendemain), il faut penser à tout : matériel de camping, intendance, repas, informatique, électronique, pelles et seaux, camion citerne de bière, tables, chaises et autres barnums, afin de ne pas finir délicatement rôti sous le soleil brandebourgeois ou – selon le temps – complètement trempé.
Last but not least, une telle projection de nos forces nécessite évidemment un budget conséquent. L’argent étant le nerf de la guerre, la préparation du CCC, c’est aussi « Combien Ca Coûte? ».

Sympa les tisants
Comme la semaine dernière, nous avons à nouveau eu l’occasion d’accueillir ce mardi, un nouveau sympathisant. Il a eu droit au rituel tour du propriétaire, désormais adaptée à la nouvelle configuration des locaux mis en place récemment.
Apparement à l’aise avec l’électronique, il s’emploie actuellement à réparer une vieille borne d’arcade qui ne veut pas. La carte électronique en panne est basée sur un vénérable 68000 dont l’architecture interne reste un modèle du genre.
Evidemment, nous espérons tous avec ferveur qu’il devienne membre de notre grande institution.

Prochains travaux
Après de longs mois de travaux pour aménager une partie du lab en version 1.0, les cours de truelle et de niveau à bulle font relâche ce mois de juin. Car…certains passent le bac 🙂  Les travaux reprendront au mois de juillet avec en priorité, l’aménagement de la zone chimie-bio ainsi que des améliorations dans la zone électronique. Avec l’été qui arrive au galop, la productivité va probablement baisser un peu mais ce n’est pas une raison suffisante pour ne pas aller de l’avant.

Co-branding
Nous vous avions déjà parlé dans ces colonnes de l’association La Paillasse, spécialisée dans le bio-hacking. Pour leurs futurs projets, ils ont choisi d’effectuer leurs expérimentations à l’Electrolab et plus précisément en zone chimie-bio. Celle-ci n’étant pas encore opérationnelle, les membres de La Paillasse  se sont proposés pour intervenir activement dans son aménagement. Nous les en remercions d’avance.

Equipement
Outre les aménagements d’infrastructure, les différentes zones du lab doivent être équipés en outils afin que les membres puissent y mener à bien leurs projets. C’est sympa d’avoir une table pour pouvoir poser ses coudes et une chaise moelleuse pour y asseoir son fondement. Mais c’est encore mieux si l’on a un fer à souder et un multimètre de base à disposition sur chaque paillasse de la zone électronique. Depuis que le lab existe, il a été engrangé quantité de matériels et d’outillages en vue de préparer cette phase d’installation. Ordinateurs et appareils de mesure doivent être dépoussiérés à la soufflette à air comprimé (kof, kof !) afin d’être remis en marche puis vérifiés et rendus  opérationnels. De même, il manque encore des outils de base et les achats (neuf ou occase) vont bon train. Evidemment, le lab n’est pas (pour le moment?) à même de mettre à disposition un équipement complet « top moumoute », mais la volonté de fournir au moins le paquetage de base est bien réelle.

Et les fraises et les framboises…
Dans la même veine que ci-dessus, le lab sollicite également ses membres afin qu’ils apportent, leur propre matériel pour accroitre – même temporairement – les possibilités de conception/construction du lab. C’est ainsi que nous allons probablement disposer cet été d’une petite fraiseuse à portique. Elle n’est pas encore fonctionnelle, mais on s’y emploie. Et l’on pourra alors entendre le doux chuintement de la fraise découpant une fine tôle d’aluminium. Dans le but d’usiner un pochoir « Electrolab » ?